Installation et performance, 2022

Le projet de recherche Résonances Induites explore le phénomène de boucle de rétroaction, ainsi que la visualisation des vibrations d'ondes sonores.

Exploré d'abord sous forme d'une lutherie expérimentale, cette recherche se penche sur le phénomène d'induction. Ainsi, des circuits d'amplification captent la résonance de cordes tendues. Ces fréquences, lorsque réinjectées sur ces cordes, crées une mise en boucle du signal. Filtrés naturellement par la matière résonnante, des effets de sous-mélodies, d’irrégularités, de tonalités et d’autres harmonies cachées, apparaissent par résonance sympathique.

La disparition des choses, Amélie Rajotte (photo : David Wong)

En installation, la visualisation des ondes est explorée à travers l'eau, par le phénomène de cymatique. Différentes variation in situ de cette recherche ont été explorées en relation aux espaces d'exposition.

Festival interdisciplinaire Parque del Sol, Sonnenpark (AT)

 

 

 

Durant une performance en continue, le public est invité à écouter tout en déambulant librement dans l'espace. Les vibrations de l'instrument à cordes sont induites dans deux bols, provoquant une vibration cymatique analogue aux ondes audibles. Une projection amplifie les micro-événements découlant de ces fréquences.

Symposion-Lindabruun (AT)

 

 

Exposée dans un petite grotte située sur le site de développement artistique du Symposium Lindabruun (en Autriche), une pièce sonore transpose les sons de la grotte dans un bol cymatique. Reflétant les les qualités vibratoires de l'espace même, la pièce fût d'abord composée à partir d'effets Larsen générés par la grotte. Les paramètres sonores finement manipulés durant la captation permettaient de jouer le feeddback en temps réel.

Biosphère de Montréal

 

 

 

Dans le cadre de la résidence QUALIA, avec Technologies of Counsciousness, cette variation utilise des circuits de biofeedback connectés aux plantes afin de transformer les sons et vibrations cymatique. Les fréquences visibles sont transposées à partir du 7.83 Hz (résonance de la Terre) et de 9 Hz (en référence symbolique à l'architecture de Buckminster Fuller).

Remerciements

La création de cette œuvre a été rendue possible grâce à l’appui financier du Conseil des arts et des lettres du Québec.

 

 

 

 

Je tiens à remercier L'atelier LaCoulée pour son soutient dans la conception de l'instrument à cordes, Jacques Gallant pour la création des bols et également Stefan Voglsinger (Setzkasten Wien), Christine Schörkhuber (Klangmanifeste) et Madi Piller (Pixfilm Collective).